Pour certains parents, choisir la date de naissance de leur enfant est plus qu’un privilège. Le déclenchement d’une naissance est d’ailleurs indiqué par le médecin, et peut se faire à la demande des parents. Mais cette pratique remboursée par la mutuelle santé dans le cadre d’une garantie maternité présente parfois des risques.

Les causes d’un déclenchement

Le déclenchement d’un accouchement se fait souvent pour des raisons médicales ou pour réaliser le souhait des parents qui veulent choisir la date de naissance.

De nombreuses raisons peuvent contraindre le médecin à provoquer une naissance. Si la grossesse se prolonge au-delà du terme prévu, le placenta risque de vieillir. Il faut donc veiller à ce que le placenta assure tous ses rôles d’échanges. Autrement, les conséquences pourraient nuire au fœtus tels que le manque d’oxygène qui provoquera l’arrêt de sa croissance.

L’accélération d’une naissance peut être aussi effectuée à la demande des parents ou de l’obstétricienne pour des motifs organisationnels.

Les techniques pour déclencher un accouchement

Il existe deux sortes de méthodes pour déclencher un accouchement. La première méthode consiste à perfuser de l’ocytocine qui est une hormone participant à l’accélération du travail. Dès que les contractions sont intenses, la péridurale est proposée. Cette péridurale passible d’un remboursement de la meilleure mutuelle maternité permet de faire un accouchement sans douleur.

La seconde technique de déclenchement est l’hormone prostaglandine qui est utilisée sous forme de gel ou de tampon. La prostaglandine est directement appliquée sur le col utérin.

Les risques du déclenchement

Pour des raisons médicales, la mère est informée des inconvénients du déclenchement avant le déclenchement. Même si les hormones sont appliquées, le col peut rester fermer tandis que le travail se met en route. Dans ce cas précis, il faut pratiquer une césarienne d’urgence.

Le déclenchement ne peut être effectué qu’à partir de 37 semaines de grossesse, de façon à ce que le bébé puisse supporter les contractions. Il faut donc faire attention aux conditions de déclenchement et le pratiquer que sur des fœtus à terme.

Si la future maman possède une mutuelle pour femme enceinte, c’est cette dernière qui prendra en charge le remboursement de la césarienne, de la chambre particulière ainsi que le ticket modérateur.