L’objectif de l’opération

La résection apicale est une opération remboursée par l’assurance santé obligatoire consistant à retirer l’apex ou extrémité de la racine d’une dent et le tissu osseux infecté.

Lorsque la dentine subit une inflammation, le tissu osseux autour de la racine est touchée également et un kyste apparaît. Il faut alors effectuer une exérèse. La résection apicale est aussi utilisée pour la restauration de la prothèse dentaire, ou quand il y a des erreurs sur la façon dont l’endodontie a été effectuée.

La procédure d’exérèse

Une anesthésie locale est effectuée par l’injection de Lidocain, une incision est alors tracée autour de la dent infectée.

La gencive est décollée de la dent pour ouvrir un tissu osseux au niveau de l’apex. Les deux tiers de la racine sont enlevés à l’aide d’une fraise à os, le tissu infecté s’enlève par la même occasion. Le trou au bout de l’apex est alors rempli par un matériau le rendant étanche.

Des points de sutures seront effectués et ils seront enlevés au bout d’une semaine environ. L’œdème postopératoire se dissipera en même temps et l’os pourra se régénérer au bout d’un an.

Mutuelle santé et conséquences de la résection apicale

La résection apicale permet de garder la dent sans avoir recours à une extraction qui aurait des conséquences irréversibles sur la mâchoire et ses fonctions. Procéder à cette opération permet non seulement de traiter la dent enflammée mais facilite aussi la détection d’une quelconque fracture sur la racine dentaire.

Il arrive que l’inflammation autour de la racine ne se résorbe pas mais se répand en créant un autre kyste. Pour prévenir ce cas, il faut effectuer un examen avec une radiographie tous les six mois.

Cet examen est remboursé toutefois, lorsque le plafond de la Sécurité Sociale est dépassé, le patient se doit de prendre à sa charge la différence à moins qu’il ait une bonne mutuelle santé.